Infos techniques

Nos experts sont à votre disposition qu’il s’agisse de faire le choix d’une citerne enterrée ou aérienne, ou de vous informer plus spécifiquement sur les éléments qui constituent les réseaux de gaz.

cinterne_aerienne1_Web.jpg

Citerne aérienne

Toutes les citernes aériennes sont construites selon la norme NF M 88706 à 88709 et sont contrôlées par le service des mines avant leur mise en place.

Elles sont en acier traité contre la corrosion et la rouille, et revêtues d’une peinture blanche réglementaire.

Toute citerne aérienne doit être placée sur des dallettes ou une dalle en béton. Deux dallettes peuvent être installées sous les pieds des citernes si la résistance du sol est suffisante et sous réserve de niveler le terrain avant la mise en place.

Si le sol n’autorise pas l’utilisation de dallettes, il s’agit alors de prévoir une dalle en béton avec un emplacement pour la prise de terre. La dalle en béton, selon la nature du terrain, doit être armée de plusieurs barres de fer ou d’un grillage.

En revanche, en présence de terrains inondables, la dalle est totalement indispensable. Les pieds du réservoir doivent être fixés avec des écrous sur 4 tiges filetées de 20mm, ces tiges étant scellées dans le béton.

Citerne enterrée

Elles peuvent être installées dans des terrains difficiles (caillouteux, argileux, en pente,…) et l’ancrage intégré évite le recours à une dalle en béton. Leur capacité utile varie entre 1000 et 3200 kg.

Les réservoirs enterrés sont préservés de toutes les détériorations par un revêtement époxy anti-choc et anticorrosion. Leur protection cathodique leur assure une durée de vie maximale.

Le remblaiement de la fosse avec la terre du déblai simplifie la pose et réduit les coûts d’installation.

 

La réalisation de la fouille doit respecter les critères suivants :

Le fond de la fouille sera nivelé et tassé.

Il ne comportera ni caillou, ni point dur proéminent susceptible d’endommager le revêtement du réservoir.

La terre de déblai servira à confectionner la légère butte nécessaire pour éviter l’accumulation d’eau sous le capot.

 

Il existe deux types d’enfouissement : l’implantation en butte et l’implantation en sol fini.

L’implantation en butte est à privilégier car :

Le coût est moindre (pas d’évacuation des remblais)
Elle évite les infiltrations dans le capot
Elle protège contre un éventuel tassement des terres (abaissement du niveau du réservoir)
La hauteur de la butte reste faible et ne dépasse pas 0,30 m.

L’implantation en sol fini constitue une variante intéressant dans le cas où l’on cherchera à maximiser l’intégration paysagère. Le drainage indispensable des infiltrations d’eau sous capot fera l’objet d’un traitement spécialement étudié.

Dans certain cas, la puissance cumulée des installations intérieures des clients raccordées sur le même réseau nécessite de grouper des citernes en vue de disposer d’une quantité de gaz optimale par rapport à la taille du réseau.

Cette possibilité est soumise au respect des règles suivantes :

Le groupage doit être réalisé à équidistance des réservoirs.
Les canalisations qui vont du réservoir au poste de détente sont en cuivre.
Les tuyauteries avant groupage doivent respecter une pente de 1%.
Les vannes d’isolement doivent être installées juste avant le groupage des citernes.

citerne_enterrees1_Web.jpg
Armoire_detente

l'armoire de détente

L’armoire de détente permet de réduire la pression du gaz de 7 bars (pression dans les citernes) à 1,5 bars (pression dans le réseau) afin de faciliter la parfaite fluidité du gaz propane dans les canalisations.

L'armoire de détente se compose des élements suivants :

un détendeur : c’est l’organe principal qui provoque la diminution de pression à 1,5 bars
un limiteur de débit : il s’agit d’un élément de sécurité essentiel qui empêche l’apparition d’une pression trop élevée dans les canalisations
un filtre : il bloque les résidus de métal (principalement limaille de cuivre) qui se constituent au fur et à mesure du fonctionnement du réseau
un manomètre : il mesure et contrôle la pression en sortie du coffret.

Une mesure de sécurité systématiquement mise en œuvre par SÉOLIS consiste à installer une double ligne de détente. Cette précaution permet de ne pas arrêter l’alimentation en gaz sur la totalité du réseau en cas de dysfonctionnement d’un organe de la première ligne de détente. Un organe de coupure – en général une vanne quart de tour – permet à chaque ligne de fonctionner en toute autonomie et d’être isolée le cas échéant du réseau d’alimentation.

les canalisations enterrées

Trois matériaux (acier, cuivre, polyéthylène haute densité -PEHD) sont utilisés pour réaliser des réseaux enterrés, SÉOLIS a choisi le PEHD. Le PEHD possède des caractéristiques particulièrement intéressantes pour évoluer dans un environnement de sécurité et de fiabilité maximum.

Le PEHD est réalisé en matière plastique cristalline qui offre :

une excellente résistance à l’usure et aux chocs
une semi-rigidité qui permet de réaliser les réseaux dans des conditions plus faciles
un degré d’isolation et d’étanchéité suffisant pour faciliter la mise en sécurité passive des réseaux.

Le PEHD n’est pas utilisable en matière de réseaux aériens, compte tenu de sa fragilité face aux UV.

On reconnaît les canalisations dédiées aux réseaux de gaz à leur couleur noire avec un filet jaune.

L’utilisation du PEHD est soumise à une réglementation stricte qui prévoit notamment que :

Les canalisations doivent être placées à 60 cm au-dessous du niveau du sol lorsqu’elles se trouvent sous un trottoir.Cette distance peut être portée jusqu’à 1 m si la tranchée contenant les canalisations est exécutée sous une voie de circulation (route ou parking).
Les canalisations doivent être entourées d’un matériau stable : sable ou terre épierrée pour éviter qu’elles ne soient percées. L’emploi du sable de mer et du mâchefer est totalement interdit.
Pour éviter de percer une canalisation lors de travaux ultérieurs, les canalisations doivent impérativement être recouvertes d’un grillage avertisseur de couleur jaune, disposé à 20 cm au-dessus des canalisations.

Il est possible que le réseau de canalisations de propane se trouve aux abords d’autres canalisations ou réseaux (téléphone, électricité courant faible, eau…).

En cas de canalisation en parallèle, la conduite de gaz doit respecter une distance minimale de 20 cm par rapport aux autres conduites.
En situation de croisement, la canalisation de gaz doit se situer à une distance minimale des autres réseaux souterrains comme suit :

20 cm minimum par rapport à la conduite de téléphone et d’électricité BTA ou HTA

1 m minimum par rapport à la conduite de chauffage urbain

5 cm par rapport à toute autre canalisation.

PEHD
Compteur_gaz

Les coffrets de branchement et de comptage

Les coffrets sont divisés en deux ensembles distincts qui s’assemblent l’un sur l’autre.

Le coffret supérieur contient l’espace dédié au compteur, au détendeur et aux vannes quart de tour qui permettent d’isoler l’installation ;
Le coffret inférieur agit comme un socle. Enfoncé dans le sol, il a pour but de protéger les canalisations entre le sol et le compteur. Il existe des compteurs simples contenant un seul compteur et des compteurs doubles pouvant accueillir deux compteurs.

En terme de lieu d’installation, plusieurs choix s’offrent au lotisseur. On peut fixer les coffrets :

en limite de propriété sur un mur de clôture ou le long de la façade,
en limite de propriété en encastrement dans le mur du bâtiment raccordé au réseau, en saillie ou monté sur un socle.

Dans un souci permanent de sécurité, SÉOLIS raccorde ses conduites de branchement sur le réseau principal par l’intermédiaire d’une Prise Branchement Déclencheur Intégrée qui agit comme une sécurité anti-fuite en cas d’arrachement (suite à un choc mécanique par exemple).

Conseillers_collectivites DBA JLU

En savoir plus

 

Vous pouvez contacter vos conseillers collectivités

Zone Nord : David Baufreton - dbaufreton@seolis.net - 05 49 81 73 08 ou 06 89 10 20 44

Zone Sud : Jérôme Lucet - jlucet@seolis.net - 05 49 77 42 03 ou 07 62 72 02 96

Ou notre Numéro Vert