AU FIL DES ÉNERGIES

N°2 - NOVEMBRE 2016

Ouverture de l’Espace Client

Parce qu’un contrat d’électricité ou de gaz naturel ne se réduit pas simplement à la fourniture d’énergie, SEOLIS fait évoluer ses services en ligne pour apporter une réponse toujours plus pertinente et pointue à vos besoins spécifiques de professionnels.

Le nouvel Espace Client a été conçu avec une ambition centrale : OPTIMISER !

Optimiser la réponse à vos besoins du quotidien

Avec l’ensemble de nos services en ligne, nous vous proposons désormais :

  • une vision plus détaillée et centralisée de vos données de consommation et de facturation pour un meilleur pilotage
  • plus de pragmatisme et de réactivité notamment grâce à nos formulaires en ligne de demandes courantes, aux nouvelles options d’affichage et d’extraction de vos données de consommation et de facturation
  • la simplicité dans la gestion de vos contrats (mise à jour de données contractuelles ou administratives)

Optimiser la sécurité et l’accès à vos données

En plus de l’ensemble des précautions techniques nous permettant de vous garantir un niveau maximal de sécurisation de vos données personnelles, nous vous proposons de personnaliser les droits d’accès à l’Espace Client au sein de votre structure, et cela avec souplesse et autonomie.

Optimiser votre navigation

Grâce à un environnement convivial qui s’adapte à votre écran de consultation (ordinateur, tablette, …) et une ergonomie intuitive, nous vous proposons aujourd’hui une nouvelle expérience en toute simplicité.

Découvrez un aperçu de l’Espace Client en quelques images :

Nos services en ligne enrichis disponibles dès janvier 2017

Le lien d’accès, votre identifiant ainsi que votre mot de passe vous seront prochainement envoyés par e-mail pour pouvoir vous connecter à l’Espace Client.
Ce compte vous permettra alors de créer et de gérer les droits d’accès des différents collaborateurs concernés, ainsi que de personnaliser vos codes confidentiels.
Votre conseiller reste à votre disposition pour toute information complémentaire et pour vous accompagner dans cette nouvelle démarche.

Notre engagement, c’est votre satisfaction.


Marchés de l’énergie : inversion de tendance pour le prix de gros de l’électricité

En pleine ouverture à la concurrence depuis la fin des années 1990, le secteur des énergies et leur commercialisation se réinventent. Dans ce contexte fluctuant, alors que le prix de marché de l’électricité n’avait cessé de baisser ces dernières années, la tendance est en train de s’inverser sur ce dernier trimestre.

Le marché de gros de l’énergie est lié à l’offre et à la demande. Ainsi, les prix sont le résultat d’un équilibre entre les deux. Comme l’électricité ne se stocke pas, son prix reflète l’équilibre instable qui existe entre la capacité de production et la consommation. Son prix de gros est ainsi très volatil : il peut varier fortement et rapidement.

Les principales causes de ce déséquilibre sont liées à une consommation qui stagne depuis 2011 après une hausse continue de plus de 60 ans. La consommation industrielle baisse (à cause de la crise et du développement relatif du secteur tertiaire, moins énergivore) et les premiers impacts des actions d’efficacité énergétique compensent largement tous les nouveaux usages électriques (tablettes, etc). A l’échelle européenne, on observe même une baisse de la consommation d’électricité (-3% entre 2010 et 2013).

Alors que la demande est stable, la production poursuit son développement. Les énergies renouvelables, en particulier, connaissent un essor considérable depuis quelques années. En outre, le développement des gaz de schiste a favorisé le développement de la production d’électricité en Europe. Sous l’effet de la hausse de la production non conventionnelle* (et notamment celle du gaz de schiste), le prix du gaz a été divisé par 2 en 5 ans aux USA. Conséquence directe, de nombreux industriels ont délaissé le charbon, au profit du gaz. Le prix du charbon a ensuite logiquement baissé de 20% en Europe au cours de l’année 2012. En parallèle, le prix des quotas CO2 était, lui aussi, historiquement bas. Ainsi, depuis 2013, les centrales à charbon (en Allemagne particulièrement) peuvent produire de l’électricité à bas coût, renforçant l’offre sur le marché européen de l’électricité.

Depuis septembre 2016, la tendance des prix forward** (45€/MWh) est à la hausse en 2017 suite :

  • A la baisse de la disponibilité nucléaire et au report de la date de redémarrage annoncé initialement par EDF ;
  • Au rebond du pétrole ;
  • A l’anticipation d’un hiver froid, les prix du 1er trimestre 2017 entraînant toute l’année à la hausse.

Les prix 2018 et 2019 sont aujourd’hui fixés à 37€/MWh, niveau encore relativement faible, mais les incertitudes autour de la disponibilité des centrales et du dispositif ARENH, contribueraient à leur montée.

Les facteurs d’évolution du prix de marché de l’électricité

Eléments en faveur d’une stabilité voire baisse des prix :

  • demande faible
  • prix du pétrole/charbon et des quotas CO2 bas
  • poursuite du développement des énergies renouvelables (sans lien avec les prix de gros de l’électricité)

Eléments en faveur d’une hausse des prix :

  • reprise économique
  • hausse du prix du pétrole/charbon
  • fermeture de centrales de production
  • prix des quotas CO2

* il s’agit principalement de pétrole et de gaz provenant de la transformation de matière organique nécessitant la mise en œuvre de techniques d’extractions spécifiques (ex : fracturation)
** prix à terme
Sources : Reuters, EPEX


Bonne nouvelle pour la facture d’électricité : la CSPE n’augmenterait pas en 2017

Créée en 2003, la contribution au service public de l’énergie (CSPE) sert à couvrir l’ensemble des charges de service public supportées par les fournisseurs. Bien qu’elle ne les couvre pas entièrement, il ne serait pas prévu d’augmentation pour 2017.

La CSPE est payée par tous les consommateurs. Elle représente 13% de la facture moyenne d’un client résidentiel, 15% pour une entreprise et 27% pour un client industriel (même si un plafonnement est prévu pour les plus gros clients).

Les charges qu’elle représente sont regroupées autour de trois grands postes :
• le soutien financier aux énergies renouvelables et à la cogénération (production combinée d’électricité et de chaleur)
• la péréquation tarifaire (un même tarif partout sur le territoire, y compris dans les zones non interconnectées telles que la Corse, les DOM, etc.)
• les tarifs sociaux accordés aux ménages dont les ressources sont faibles.

7,6 milliards d’euros de charges à couvrir en 2016


Source : CRE

Le soutien aux énergies renouvelables représente les deux-tiers des charges à couvrir en 2016.

Evolution de la CSPE (en €/MWh)


Source : CRE

La CSPE a été multipliée par cinq au cours des dix dernières années, principalement pour couvrir le développement des énergies renouvelables (éolien terrestre et photovoltaïque). Cependant, le montant actuel de 22,5 €/MWh n’est pas suffisant pour couvrir toutes les charges.

Face à cette situation, les pouvoirs publics ont engagé une réforme du dispositif. Principal axe de cette réforme : les énergies fossiles seront également mises à contribution. Un changement important. Désormais, ce ne sera donc plus l’électricité seule qui contribue au dispositif mais également le gaz naturel, le fioul et les carburants par le biais d’un renforcement de leur fiscalité.

Grâce à cet élargissement de l’assiette, la CSPE ne devrait pas augmenter en 2017, pour la première fois depuis sept ans. Une bonne nouvelle pour les consommateurs d’électricité donc, d’autant plus que la Commission de Régulation de l’Energie, qui gère le dispositif, prévoit que les charges à couvrir augmenteront de 500 millions d’euros en 2017 pour atteindre plus de 8 milliards d’euros au total.